εP Communication

L'informatique ? Ca ne marche jamais.

L'informatique en entreprise n'a pas toujours bonne presse et il n'est pas rare d'entendre un certain nombre de critiques, la plus récurrente étant probablement celle-ci.

Toutefois, si l'on venait à prendre au pied de la lettre la radicalité du propos en suggérant d'abandonner les nouvelles technologies pour retourner à l'époque des machines à ruban et du bon vieux fax, cela reviendrait sans nul doute à s'exposer à un déluge de reproches sans doute plus virulents encore.

Et c'est là tout le paradoxe : Bien que les capacités réelles ou présumées des outils informatiques soient régulièrement remises en cause (à tort comme à raison d'ailleurs), ces derniers demeurent malgré tout généralement considérés comme indispensables à la réalisation de certains objectifs.

Il va de soit qu'un logiciel ou progiciel fraîchement installé nécessite toujours un temps plus ou moins long de prise en main et d'adaptation, ce qui peut donner à l'utilisateur le sentiment que l'outil n'est pas au point où bien qu'il ne remplit que partiellement (voire difficilement) la tâche à laquelle il est destiné.

En revanche, il peut sembler légitime de s'interroger lorsque son fonctionnement est réputé acquis et qu'un sentiment d'inadéquation entre moyens et objectifs perdure.

D'un point de vue strictement conceptuel, un logiciel ne devrait en aucun cas conduire à la remise en cause des processus métier qui ont guidé son développement et auxquels il est censé se conformer.

A l'inverse, d'un point de vue technique, il devrait néanmoins pouvoir s'adapter à leur évolution, faute de quoi s'enclencherait alors le compte à rebours de son obsolescence, désormais programmée.

Faut-il être une multinationale pour disposer d'outils adaptés et performants ?

C'est ce que pourrait laisser supposer les coûts parfois vertigineux des solutions progicielles mises en place par les grands groupes et dont les différents médias se font parfois l'écho.

On ne peut nier que, de façon très schématique, le développement informatique peut dans certains cas s'apparenter à ce que la haute couture est au prêt-à-porter : un patron, la réponse à une problématique spécifique (le progiciel) que l'on peut éventuellement décliner par la suite dans un contexte plus général (le logiciel)

Des solutions existent pour maîtriser les coûts, comme par exemple de ne pas réinventer la roue.

Car un progiciel, ce peut-être aussi un ensemble de logiciels, lesquels ont été conçus indépendamment les uns des autres et pour le compte d'aucune entité spécifique, mais qui, lorsqu'organisés afin d'interagir au sein d'un même processus, permettent d'accomplir une tâche tout à fait singulière.

Vous souhaitez être accompagné lors des étapes de modélisation de vos processus métier et/ou jusqu'à la mise en production d'un projet d'acquisition, de modernisation ou de refonte du socle technologique indispensable à votre activité ?

Contactez-moi